Composition chimique et valeur alimentaire de l’épautre

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

L’épeautre est une céréales rustique qui avait presque disparu et qui de ce fait ne figure pas dans les tables d’alimentation. Elle est de nouveau en vogue aujourd’hui.

 

Voici des chiffres moyens de composition chimique et de valeur nutritive.

 

 

Matière sèche

Produit brut

  Matière sèche

 

88 %

  Matières minérales

2,2 % (± 0,1)

1,9 %

  Matières azotées totales

13,4 % (± 0,6)

11,8 %

  Matières grasses

1,9 % (± 0,2)

1,7 %

  Cellulose brute

13,0 % (±1,6)

11,4 %

  Neutral Detergent Fiber

28,7 % (± 2,6)

25,3 %

  Acid Detergent Fiber

15,5 % (±1,7)

13,6 %

  Acid Detergent Lignin

2,7 % (±0,3)

2,4 %

  Amidon

49,5 % (±2,5)

43,6 %

  Énergie brute

4453 kcal (±45,6)

3919 kcal

  dMO

 

0,77

  Ruminants

 

 

  UFL

1,05

0,92

  UFV

1,02

0,90

  PDIN

93

82

  PDIE

113

91

  Chevaux

 

 

  UFC

1,02

0,90

  MADC

94

83

  Minéraux (déglumée)

 

 

  Calcium

 

0,25 g

  Phosphore

 

4,22 g

  Magnésium

 

1,36 g

  Potassium

 

4,15 g

  Cuivre

 

4 mg

  Zinc

 

37 mg

  Fer

 

44 mg

  Manganèse

 

44 mg

 

Sur un plan alimentaire l’épeautre est une céréale intermédiaire entre une orge et une avoine. Elle contient en effet moins d’amidon que l’orge (44 % au lieu de 52 %) mais plus que l’avoine (36 %).

 

A contrario, elle contient plus de fibres que l’orge (11 % au lieu de 5 %) et un peu moins que l’avoine (12 %).

 

Ces caractéristiques proviennent du fait que l’épeautre se distingue du blé par le gène Q responsable de l’adhérence des enveloppes au grain.

 

Les teneurs en protéines sont légèrement supérieures à celles qu’on peut trouver que ce soit sur une avoine ou une orge et évidemment celles du maïs. Elles seront suffisantes pour l’alimentation d’un cheval adulte. Elles doivent être complétées par une source protéique pour un poulain ou une poulinière.

 

Sur le plan des apports minéraux, les seuls chiffres que j’ai trouvés sont ceux d’une épeautre déglumée. Cela étant, la comparaison avec une orge montre des résultats qui sont très proches et pour la plupart des paramètres pas en faveur de l’épeautre. Sa réputation de richesse vient du fait qu’on compare l’épeautre au blé qui n’entre de toutes façons très peu dans l’alimentation des chevaux.

 

A noter que l’épeautre étant une céréale peu sélectionnée, on a des différences importantes entre variétés.

Catherine Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Cheval en CSI. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Cheval en CSI. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Publié dans Alimentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :