Les signes de la douleur

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

 

On connaît tous le signe principal de la douleur où l'animal évite notre geste, crie ou exprime sa détresse... mais il existe d'autres signes plus discrets qui doivent nous alerter.

 

Les animaux s'adaptent à tout... y compris à la douleur. Si bien que les manifestations de cette douleur peuvent être vives ou ténues.

 

Il existe néanmoins des signes ou des « symptômes » qu'un propriétaire averti pourra relier à la douleur. Des signes qui ne s'expriment pas systématiquement et qui sont généralement discrets aux yeux des personnes qui ne côtoient pas l'animal au quotidien.

 

Le premier signe qui nous vient à l'esprit est une réaction immédiate quand la douleur se fait sentir. L'animal retire son membre, crie, se débat, devient brusquement agressif, s'enfuit... un signe que le propriétaire relie souvent facilement à la douleur.

 

Mais on peut avoir également une réaction préventive. L'animal cherche alors à éviter la situation ou l'objet de sa douleur. L'animal peut faire preuve d'agressivité, paniquer ou chercher à se cacher. Toute méthode permettant d'éviter la situation douloureuse peut être utilisée par l'animal qui agit désespérément... ce qui pose parfois des difficultés d'interprétation au propriétaire qui ne jugerait pas douloureuse la dite situation. Certains animaux « capricieux » sont des animaux qui ont cherchés à s'extraire de situations douloureuses.

 

En dehors de ces signes directement liés à la douleur ou à la situation douloureuse, il existe des signes plus diffus comme la perte d'état. L'animal peut cesser de manger, de boire ou au contraire se « goinfrer » en permanence. Là aussi, il ne faut pas confondre ces signes avec une insuffisance alimentaire ou une situation pléthorique.

 

L'animal au poil ou au plumage en mauvais état devra également attirer l'attention.

 

Les automutilations peuvent accompagner les signes de douleur. Le léchage excessif ou l'arrachage des plumes sont les deux mutilations les plus connues mais on pourra aussi avoir un animal qui se mord, qui se tape voire qui se projette contre les murs. Ces signes alertent généralement rapidement le propriétaire.

 

Une position anormale au repos ou en mouvement devra mener le propriétaire à se poser la question d'une éventuelle douleur.

 

Un changement brusque de comportement est également un signe possible de douleur.

 

L'agitation ou au contraire la prostration sont deux signes d'alerte à ne pas négliger. La prostration pourra mener l'animal à une forme de dépression où celui-ci s'isolera du monde extérieur.

 

Dans tous ces cas, il y a urgence à faire cesser la douleur pour le bien-être de l'animal.

 

Lapin. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Lapin. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Physio-pathologie