Pourquoi le foin ne peut suffire à votre cheval ?

Publié le par Catherine Kaeffer Editions Alpha et Omega

Souvent on voit préconisé pour nos chevaux un régime 100 % foin présenté comme la panacée et un retour à une alimentation naturelle.

Loin de moi la pensée que le fourrage ne doit pas être la base de l’alimentation du cheval. Je me bats tous les jours pour qu’on donne aux chevaux des quantités importantes de foin.

Néanmoins, faire adopter à nos chevaux un régime 100 % foin n’est jamais suffisant… et je pèse mes mots. 99 % de foin peut l’être mais 100 % ne l’est pas.

Évidemment, si vous regardez simplement les apports en énergie (UFC) ou en protéines (MADC) pour un cheval pas trop grand, cela marche. Vous pouvez parfaitement nourrir votre cheval avec du foin, sans aliment concentré derrière, si tant est que vous ne lui demandiez pas des efforts trop soutenus.

Mais même là, votre cheval ne saurait totalement se contenter de foin. En effet, en France, les foins sont quasiment tous trop pauvres en cuivre pour couvrir les besoins d’un cheval, même qui ne fait rien et qui mange autant de foin qu’il veut. On a à peu près la même situation pour le zinc. Après, selon les régions, vous pouvez avoir des carences en iode ou en sélénium. Mais une chose est sûre, même si le cheval peut rien qu’avec du foin, continuer à vivre voire même être grassouillet, il ne sera pas au mieux de sa forme sans au moins un apport minéral supplémentaire.

Vous notez que j’ai signalé qu’il ne fallait pas que le cheval soit trop grand. On cherche souvent à se rapprocher du modèle naturel. Mais dans la nature, vous n’avez pas des chevaux de 650 kg type KWPN ou grands chevaux de hunter qui passent allègrement le mètre 70 au garrot. Dans la nature, vous avez du tarpan ou au maximum un mustang. C’est parce que dans la nature, un cheval trop grand ne pourrait pas survivre. Ces grands chevaux de sport sont issus de la domestication et il leur faut une alimentation à leur taille. Donc chercher à nourrir ce type de chevaux uniquement au foin est un pari risqué, même avec un CMV.

Et puis le foin est une forme de conservation de l’herbe. Pendant le fanage et au fur et à mesure du stockage, les vitamines qui sont des produits fragiles, se dégradent. Tant est si bien qu’à la fin de l’hiver, le foin est beaucoup moins bien pourvu en vitamines qu’au début. Pour les chevaux qui sont nourris au foin toute l’année ronde, il y a forcément un moment où le foin a 1 an de stockage. Dans ce cas, une complémentation vitaminique est indispensable toute l’année. 

On a donc dans tous les cas, si on nourrit uniquement au foin, sans aucun autre apport, des carences minérales et vitaminiques quel que soit le cheval, son activité, son âge.

Pour certains chevaux, il y a un second risque qui est un risque de carence protéique. Autrement dit, le foin même si le cheval en mange à s’en faire péter la sous-ventrière, ne lui procurera pas suffisamment de protéines pour couvrir ses besoins. Cela peut être parce qu’il est pauvre en protéines mais plus souvent parce que le cheval est dans une situation où ses besoins en protéines sont importants. C’est le cas par exemple du jeune cheval en croissance.

Pour d’autres, le risque est de se retrouver avec un apport en énergie insuffisant si vous ne donnez pas en sus un aliment concentré. Le cas classique est celui du sportif, de l’athlète, du cheval de débardage dont les besoins énergétiques pour actionner leurs muscles sont parfois très importants.

Vous avez aussi les chevaux qui cumulent et qui au foin seul, se retrouveront avec un apport insuffisant à la fois en énergie et en protéines. Le cas d’école est la jument allaitante. Une alimentation uniquement au foin en fera une jument qui « sèche » en lactation, cas tellement fréquent qu’il finit par être considéré comme normal alors qu’il ne l’est pas.

Et puis vous avez deux cas, où une alimentation en foin ne peut suffire parce que ce n’est pas un produit adapté à la situation :

Le poulain de moins de 18 mois (et encore plus de moins de 12 mois) qu’il n’a pas encore dans son tube digestif une flore parfaitement fonctionnelle et donc qui ne digère pas les fibres comme il le fera adulte. Pour lui, un régime 100 % foin est totalement déconseillé… même s’il doit en recevoir à volonté, il ne saurait s’en contenter.

Le vieux cheval qui pour des raisons dentaires le plus souvent, ne peut plus mastiquer correctement le foin. Souvent il commence subrepticement par en consommer moins. Il maigrit et on dit que c’est normal parce qu’il est vieux. Alors que c’est simplement qu’il ne peut plus manger ce qu’il mangeait il y a encore quelques années.

Donc le foin, c’est important et même très important mais il ne peut pas tout faire tout seul.

Catherine Kaeffer

Découvrez le guide Les aliments sources naturelles de minéraux réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval mangeant du foin. Techniques d'élevage tous droits réservés

Cheval mangeant du foin. Techniques d'élevage tous droits réservés