Les propriétés vermifuge de l'ail

Publié le par Anne ANTA. Editions Alpha et Omega

L'ail est-il un vermifuge efficace pour les chevaux et les ânes ? Techniques d'élevage fait le point pour une utilisation raisonnée.

Utilisé seul ou dans des mélanges destinés à limiter le parasitisme équin ou à favoriser l'hygiène intestinale, l'ail est indiqué comme ayant des propriétés vermifuges naturelles. Pour cet article, nous aborderons la question de l'ail donné seul, frais, sec ou sous forme d'extrait.

L'ail est un produit naturel mais pas sans effet secondaire

L'ail n'est pas sans effet secondaire chez les chevaux ou chez les ânes et son utilisation devra être raisonnée pour éviter tout problème. Tous les équidés ne peuvent pas consommer sans risque de l'ail et le dosage est dépendant de leur poids mais aussi de leur conformation.

L'ail peut avoir un effet à court et à long terme sur le plan clinique, il faut penser à indiquer ce type de complémentation au vétérinaire avant toute intervention ou analyse. L'ail peut aussi avoir un impact sur la prise alimentaire.

De nombreux produits naturels contiennent de l'ail, n'oubliez pas d'additionner les dosages.

L'usage raisonné est une règle à observer dans l'utilisation de tout produit, mais comment raisonner l'usage de l'ail ? Faisons le point sur les connaissances actuelles.

L'ail et les gastérophiles

Les gastérophiles sont les premiers parasites que l'on cite, avec les mouches, les taons, les moustiques voire les culicoïdes quand on évoque les effets de l'ail.

A ce jour, on a une efficacité de l'extrait d'ail in vitro sur les larves de gastérophiles lorsqu'elles sont au stade stomacal. Il y aurait aussi des éléments qui permettent de supposer qu'une dose suffisante pourrait masquer l'odeur du cheval et limiter sa détection par les gastérophiles adultes.

L'ail et les strongles

L'ail frais ou sec donné à hauteur de 40 g / 500 kg de poids vif / jour à un cheval atteint de strongylose lors d'une cure de 15 jours n'influence pas la quantité d'oeufs de strongles émise dans les crottins.

D'un autre côté, de l'extrait d'ail va avoir un impact sur les larves de petits strongles in vitro.

L'ail et Parascaris

L'ail a un effet qui a été jugé nul ou suffisant pour permettre un contrôle de ce parasite. Ces résultats ont été obtenu en comptabilisant le nombre d'oeufs de Parascaris equorum retrouvés dans les crottins après traitement avec de l'ail frais.

L'ail et le ténia (Anoplocephala)

Les connaissances concernant l'effet éventuel de l'ail sur les parasites équins du genre Anoplocephala ne permettent pas d'avoir une idée de l'impact de l'ail sur ces parasites.

L'ail et les oxyures

Le traitement des oxyures par l'ail est traditionnel dans d'autres espèces, l'effet sur l'oxyure du cheval est hypothétique.

Conclusion : l'ail est-il un vermifuge ?

L'ail a un effet potentiel sur les gastérophiles adultes ou stomacaux et les Parascaris. Il pourrait avoir également un impact sur les larves libres de petits strongles ou les oxyures.

Il semble inefficace vis-à-vis du ténia, des grands strongles, des gastérophiles en migration, des petits strongles enkystés ou adultes.

L'usage de l'ail devra se faire en prenant en compte les besoins en matière de gestion parasitaire et en estimant les risques pris par l'administration d'un tel traitement pour les équidés qui le suivent.

Anne ANTA

Pour commander une de nos publications, utilisez l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre boutique en ligne.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance
MAJ octobre 2021

Cheval au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage.

Cheval au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage.