Exercices pour le jeune animal

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

 

Fragile, insouciant, curieux, volontaire, impétueux... il n'est sûr de rien mais il lui semble déjà qu'il sait tout.

 

Le travail du jeune animal a cette particularité d'allier un être présent dans l'instant et un être au devenir encore incertain.

 

Si on retrouve ces caractéristiques chez l'animal adulte, elles sont exacerbées par les modifications importantes liées à la jeunesse.

 

Le jeune animal est un être « entier », à la fois malléable et inébranlable. Il change constamment dans son esprit et dans son corps. Peu de choses sont stables en lui, ce qui peut générer beaucoup de confusion.

 

La question des premiers exercices à aborder avec un jeune animal est souvent posée. Et la réponse ne va pas de soi.

 

Certains prôneront tel ou tel exercice, d'autres de laisser l'animal tranquille. Et si ces deux idées ne sont pas dépourvues de bon sens, c'est parce qu'elles ont les mêmes fondations. Seul le contexte fait qu'elle finiront par diverger.

 

L'exercice est en effet une trame, un schéma composé de grandes lignes. Si on le laisse ainsi, il deviendra rapidement vide de sens.

 

L'exercice est une demande, une exigence, un but... seul, il est insuffisant et il amènera l'animal au désintérêt ou à la révolte.

 

Pour savoir demander, il faut également savoir donner.

 

L'exercice est telle une coquille vide à laquelle il faut rajouter une âme. Cette âme, c'est la personne qui va présenter l'exercice au jeune.

 

C'est la personne qui va amener un sens, une réflexion et un échange. L'exercice ne lui servant que de prétexte ou de support.

 

Si la personne a conscience de cette part d'elle-même qu'elle doit investir et de la façon dont elle doit le faire. Alors la relation est sublimée par l'exercice qui fournit la pratique nécessaire à la théorie.

 

Dans le cas du jeune, c'est l'essence même de la vie qui sera transmise.

 

Dans ces instants où tout bouge et rien ne dure, l'Homme représentera la stabilité, la solidité, le point auquel on peut toujours se référer sans craindre qu'il ne change.

 

Si bien que le premier exercice n'est pas tant pour l'animal mais pour l'humain qui devra l'accompagner.

 

Savoir qui on est, pourquoi on est là, ce que l'on souhaite transmettre, être en paix avec soi-même... des principes qui peuvent sembler superflus et pourtant, comment pourrait-on incarner la stabilité ou la référence dans les yeux de notre animal si nous ne sommes pas nous-mêmes convaincus de pouvoir l'être ?

 

La valeur n'attend point le nombre des années. Pourtant, il faut avoir eu l'expérience de la vie pour la transmettre. C'est pourquoi, nombre de jeunes humains ne seront pas à même d'éduquer un jeune animal. Non par manque de compétence, mais par manque de stabilité.

 

Guider un animal sur un chemin, cela implique de ne pas avoir à chercher le nôtre.

 

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Chiots. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Chiots. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Dressage-Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :