Bases de la chimie 5 : les principales réactions de base

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Les principales réactions de base sont au nombre de 3 :

  • Réaction acido-basique.
  • Réaction d’oxydo-réduction.
  • Réaction de complexation.

Réaction acide-base

Pour la première, l’acide est une molécule possédant la capacité de libérer un proton H+ tandis que la base est celle possédant la capacité de lier un proton H+.

La force d’un acide dépend de la faiblesse de la liaison et elle dépend de la différence d’électronégativité entre l’hydrogène H et l’atome le liant (N, O, Cl…) et du solvant. En effet, ce dernier possède une forte incidence en fonction de sa capacité à donner ou à prendre un proton H+. Un chiffre permet le quantifier la force d’un acide : le pKa.

La force d’une base est, quant à elle, dépendante de la stabilité de liaison entre elle et un proton H+ et du solvant. Un chiffre permet le quantifier la force d’une base : le pKb.

Reaction d'oxydo-réduction

Les réactions d’oxydo-réduction correspondent à des transferts d’électrons. L’oxydant récupère des électrons (réaction de réduction) et le réducteur perd des électrons (réaction d’oxydation).

Il existe un moyen de savoir dans quel sens va avoir lieu une réaction et ce chiffre est le potentiel standard E0 qui permet le classement des couples d’oxydo-réduction. Plus ce chiffre est bas plus le couple ira dans le sens du réducteur tandis que plus il est haut, plus l’oxydant sera présent.

Lors d’une réaction, les potentiels des 2 couples vont être comparés :

  • Le couple qui possédera le potentiel de réduction le plus élevé subira une réduction tandis que le couple ayant le potentiel le plus faible subira une oxydation.
  • Plus la différence entre les potentiels standards des couples sera élevée et plus la réaction sera facile.

Réaction de complexation

Enfin, la dernière, la réaction de complexation, est considérée comme l’association formée entre un ou plusieurs ions métalliques (appelés alors ion coordinateur ou noyau) et des anions (atomes chargés négativement) ou des molécules minérales ou organiques (appelés coordinats ou ligands). Le ligand délocalise une partie de sa densité électronique sur le noyau, formant ainsi des liaisons chimiques avec celui-ci.

Le chiffre permettant d’avoir d’estimer le taux de formation du complexe est le pKc mais cela peut être influencé par le pKa du ligand, le pH de la solution ou la possibilité d’une réaction d’oxydoréduction en particulier au niveau du noyau.

C’est un (très) bref aperçu de la chimie générale mais c’est la petite base pour comprendre la chimie organique et au bout du compte, la biochimie.

François Kaeffer

Découvrez le poster Les minéraux chez les équidés réalisé par TE : métabolisme, excès, carences…
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés