De la biochimie dans les plantes

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Les familles botaniques ont été décrites sur les bases morphologiques des plantes, cependant, force est de constater que cette classification permet de relier quelques éléments métaboliques.

En effet, les plantes médicinales se caractérisent par la présence de certains métabolites secondaires qui ne sont pas absolument nécessaires pour la vie de la plante à la différence des métabolites primaires.

Il existe de nombreuses classes de métabolites secondaires : coumarines, alcaloïdes, quinones, terpénoïdes… chacune ayant ses structures propres et des activités intra-classes proches.

Des métabolismes proches signifient potentiellement que chaque famille botanique possède des molécules issues de classes de métabolites secondaires propres. Des exemples :

  • Les glucosinolates sont caractéristiques de certaines espèces végétales Brassicacées et Capparidacées.
  • Les Letines sont surtout fréquentes chez les Fabacées.
  • La grande complexité des coumarines (furanocoumarines) est une spécialité des Fabacées, des Astéracées et surtout des Apiacées et des Rutacées.
  • Les Diaryl-heptanoides sont présents chez les Zingiberacées

Ces molécules caractéristiques engendrent des activités pharmacologiques similaires entre les plantes issues d’une même famille. Les différences pharmacologiques entre les plantes se feront dans les rapports entre les différentes classes moléculaires et les molécules dans chaque classe.

La composition biochimique est intéressante pour orienter l’utilisation de deux plantes d’une même famille voire d’un même genre. Par exemple, les deux camomilles : la romaine (Ormenis nobilis) et l’allemande (Chamomilla recutita ou Matricaire) ont des propriétés similaires sur la digestion mais la Matricaire serait connue pour avoir une activité sur le sommeil et comme anxiolytique, même si cela n’a pas été confirmé.

Pour aller plus loin, il faudrait prendre les plantes et comparer leurs activités pharmacologiques. En effet, un fluidifiant sanguin peut jouer sur les plaquettes ou les facteurs de la coagulation ; l’hypotenseur peut jouer sur l’activité cardiaque, les vaisseaux sanguins ou sur l’activité rénale pour diminuer l’eau en circulation… Le choix de la plante se fera en fonction de la ou des raison(s) de la pathologie.

François Kaeffer

Découvrez le poster sur Les grandes voies métaboliques réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Pré. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Pré. Techniques d'élevage. Tous droits réservés