L'alternance des molécules vermifuges : une solution pour votre cheval ?

Publié le par Anne ANTA. Editions Alpha et Omega

L'alternance des molécules est une pratique qui est souvent plébiscitée dans le monde équin, mais sur quels éléments se fondent-elle ? Est-elle applicable pour tous et par tous ? Sera-t-elle bénéfique pour votre cheval, poney ou âne ? Techniques d'élevage vous aide à faire le point !

Qu'est-ce que l'alternance des molécules ?

C'est une pratique qui consiste à ne pas donner deux fois la même molécule, ceci afin de limiter la sélection de souches résistantes. La théorie qui entoure ce principe a été mise au point sur le programme de 4 vermifuges par an, au changement de saison et selon des conditions particulières que nous détaillerons plus loin.

Attention : qui dit "alternance", dit "changement de molécule" et non pas seulement changement de produit... prenez garde à bien lire les notices ou emballages des boîtes pour changer de molécule et parlez-en à votre vétérinaire !

Comment ça marche - en théorie ?

L'usage d'une molécule unique engendre une sélection des populations parasitaires insensibles et à long terme le développement uniquement des parasites dits "résistants" à la molécule utilisée.

En changeant de molécule, le vermifuge applique une sélection différente, ce qui permet de limiter les populations résistantes.

Comment ça marche - en pratique ?

En pratique, il faut respecter un certain nombre de critères pour que l'alternance soit réelle.

Avant tout, il ne faut pas oublier que ce programme a été mis au point sur le principe du 4 vermifuges par an, avec chevaux en sorties au paddock ou au pré, troupeau stable et rotations régulières : pas de surpâturage, pas d'herbe rase, pas de zones de refus, retrait des crottins réguliers voire mise en box / paddock les jours de traitement...

Alors, si vous prenez ce principe et que vous l'appliquez sans avoir ce système sur lequel il a été mis au point, vous allez rencontrer des difficultés. Nous allons les détailler ensemble pour que vous puissiez en saisir les impacts.

Le problème du temps entre vermifuges

L'alternance repose sur un délai entre vermifuges de 3 mois minimum et un délai entre deux molécules identiques de 6 mois minimum, ce qui implique un traitement à des saisons différentes. De plus, ces délais correspondent à des moments du cycle parasitaire et font qu'on ne va pas, même avec la même molécule, tomber sur la même "génération" ou le même "stade" de parasites... du moins, en théorie, car ce temps a été déterminé sur l'action d'un ennemi qui posait problème à l'époque, le grand strongle, lequel n'est plus aussi majoritaire de nos jours. Les temps ont donc logiquement été amenés à évoluer sur les conseils de votre vétérinaire, mais dès lors le principe d'alternance va se retrouver en difficulté puisque le temps de cycle du parasite considéré n'est pas conforme à la théorie indiquée.

L'important au delà du délai est donc de se référer au cycle parasitaire et d'avoir une action d'une même molécule à des stades voire à des générations différentes pour ne pas créer de sélection trop importante.

Le problème du choix des molécules

L'alternance des molécules repose sur le principe d'une sélection différente... mais encore faut-il sélectionner à chaque vermifuge. Si vous donnez un vermifuge qui atteint une population parasitaire et qu'en changeant de molécule vous donnez un produit qui n'impacte pas cette population parasitaire, le temps écoulé entre les deux vermifuges de même molécule est simplement un temps de repos et non un temps de sélection différencié... pour le coup, vous aurez donc un impact qui dépendra exclusivement du temps écoulé, de la population parasitaire environnementale, des capacités de l'équidé... et qui aura été sélectionnée d'une façon unique.

Le problème de l'environnement

L'alternance de molécules pour être efficace suppose que vous avez une souche environnementale capable de redonner de la "sensibilité" à votre équidé. Si vous avez en souche de base, une population déjà sélectionnée ou qu'en vermifugeant vous traitez l'environnement, l'alternance ne vous sert à rien.

Une bonne alternance, c'est surtout un impact environnemental qui a été maîtrisé et qui reste maîtrisé... ainsi la population a le temps de se refaire, d'oublier vos actions et d'être à nouveau impactée.

Anne ANTA

Comme pour le choix d'un vermifuge, la gestion parasitaire ne peut relever de l'automatisme... trouvez la solution qui vous convient, avec Techniques d'élevage :  https://anneetcat.wixsite.com/techniques-elevage/analyse-risque-parasitaire-equin

Cheval avec couverture au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Cheval avec couverture au pré. Tous droits réservés à Techniques d'élevage