Que se passe-t-il quand on transforme de l’herbe en foin ?  

Publié le par Catherine Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Faire un foin consiste à transformer une herbe qui contient 80 % d’eau en un foin qui contient 15 % d’eau. Il va donc falloir évaporer 4.6 kg d’eau par kg de foin. À titre d’exemple, sur 1 ha avec un rendement de 4 tonnes de matière sèche, il faudra évaporer plus de 20 t d’eau pour transformer cette herbe en foin. Cela correspondrait à une hauteur de 2 mm d’eau sur toute la surface.

C’est donc considérable.

Lorsque la plante est sur pied, elle absorbe l’eau par ses racines et la perd par les stomates et la cuticule. Les stomates sont des orifices de petite taille sur la face inférieure des feuilles qui permettent les échanges gazeux entre la plante et l'air notamment sous forme de vapeur d’eau. La cuticule est la couche externe continue recouvrant les feuilles et les tiges . Elle constitue une barrière solide qui a comme fonction principale de protéger les organes aériens de la dessiccation en réduisant les pertes en eau massives par évaporation

La fauche arrête l’approvisionnement de la plante en eau mais celle-ci va continuer à vivre un moment. La sève va continuer à circuler. La plante perd de l’eau par les stomates de ses feuilles. Au départ cette perte est rapide et la plante va perdre environ les 2/3 de son eau. Mais petit à petit, la plante va lutter contre. Elle ferme ses stomates et meurt. La perte d’eau ne peut alors se faire que via la cuticule… autrement dit, le dernier tiers restant est celui qui posera le plus de problèmes.  

Quelques conséquences :

  • Plus une plante a de feuilles, plus elle perdra rapidement de l’eau (beaucoup de stomates).
     
  • Plus une plante est à un stade avancé, moins elle sèche vite (mais aussi moins elle contient d’eau au départ).
     
  • Le trèfle très riche en eau est difficile à sécher.
     
  • L’opération dite de conditionnement en brisant les tiges accélère le séchage.
     
  • Il faudra un air plus sec en fin de séchage qu’en début, puisque l’eau sera plus difficile à retirer… ce point peut être problématique car au moment où on fauche on est à peu près sûr du temps des 2 jours suivants mais beaucoup moins du temps qu’il fera ensuite.
     
  • Une pluie en début de séchage aura peu de conséquences car la plante encore vivante va résister. Une pluie en fin de séchage aura beaucoup de conséquences, car la plante morte ne pourra plus résister et donc laissera partir plus d’éléments solubles (sucres, azote, minéraux).

Les feuilles sont les éléments les plus nutritifs de la plante mais les plus fragiles. Il faut donc limiter au maximum leur perte sachant que mortes et sèches elles sont plus fragiles qu’humides et vivantes :

  • Les opérations mécaniques comme la mise en andain entraîneront plus de pertes sur un fourrage sec que sur un fourrage humide. 
     
  • Les feuilles des légumineuses sont plus fragiles que les feuilles des graminées.
     
  • Un foin de luzerne qui n’a pas été manipulé avec les plus grandes précautions peut perdre la majorité de ses feuilles et finir par être moins nutritif qu’un foin de pré aux feuilles moins fragiles.

Pour savoir si un foin est suffisamment sec pour pouvoir être pressé, quelques critères :

  • Le foin doit être craquant. Les feuilles sont cassantes et les tiges bien sèches.
     
  • Au toucher, aucune sensation d’humidité ne doit être ressentie, sur le dessus, à l’intérieur et au-dessous de l’andain en contact avec le sol.
     
  • Sur les tiges, les nœuds ne doivent plus comporter de zones de couleur « vert chlorophylle », signe de la présence résiduelle d’eau. À ces endroits, les composés solubles (sucres notamment) sont concentrés et retiennent l’eau par des forces hygroscopiques.
     
  • Attention, une parcelle n’est pas homogène. Il faut vérifier en plusieurs endroits, y compris les bords protégés par une haie qui aurait pu maintenir de l’humidité et ralentir localement le séchage.

Maintenant que nous avons vu le processus du fanage, nous allons dans un prochain article nous intéresser au phénomène d’échauffement des foins et des conséquences pour leur consommation par les chevaux.

Catherine Kaeffer

Découvrez La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Entrée de pré; Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Entrée de pré; Techniques d'élevage. Tous droits réservés.