Passage moléculaire dans le lait : une idée ?

Publié le par François KAEFFER. Editions Alpha et Oméga

Que ce soit des traitements médicamenteux, des toxiques ou des molécules naturelles, la question de leur passage dans le lait est capitale dans le cadre de l'allaitement et les données ne sont pas forcément connues en particulier avec les médecines alternatives. Techniques d'élevage fait le point

Il nous faut donc des éléments susceptibles de permettre la prise d'une décision... même si c'est quelque peu technique.

Nous avons plusieurs critères à prendre en compte : les caractéristiques de la (des) molécule(s), l'exposition et les variations dans la lactation :

  • la biodisponibilité : c'est à dire la quantité de molécule atteignant la circulation générale sous forme active car le transfert entre le plasma sanguin et le lait s'effectue par diffusion et donc il y aura un équilibre des transferts entre ces 2 compartiments mais seule la fraction échangeable est importante.

  • Le niveau d'exposition (quantité absorbée) et durée de cette exposition.

  • La liaison aux protéines plasmatiques : cet élément est essentiel car seule la forme libre (non liée) peut effectivement passer potentiellement dans le lait.

  • L'ionisation qui correspond à la possibilité à la molécule à être chargée. Dans les réactions de base, l'oxydo-réduction et le pH peuvent charger une molécule. Le pH nous intéressera davantage car c'est l'élément le plus discriminant d'un compartiment à l'autre. En effet, le pH du lait est un peu plus acide que le plasma peut engendrer une ionisation et piéger la molécule au niveau du lait ou limiter son passage.

    Les substances fortement acides sont plus ionisées (perte plus forte d'un H+) dans le plasma et pénètrent donc très peu dans le lait, alors que les bases fortes s’y accumulent. Les bases faibles peuvent se trouver piégés dans le lait et les acides faibles, dans le plasma.

  • La liposolubilité : la solubilité dans les graisses détermine son affinité avec les lipides du lait. Il existe des variations individuelles et dans le temps de la composition du lait, la teneur en lipides, dans notre cas, est plus importante dans le lait mature que dans le colostrum et augmente avec la vidange de la mamelle. Nous aurons donc des variations selon le moment de la prise par rapport à la lactation.

  • Le poids moléculaire est un facteur limitant de la diffusion des molécules à travers les membranes :

    • très faible (< 200 daltons) : passage par diffusion directe par l’espace intercellulaire ;

    • élevé (supérieur à 800-1 000 daltons) : passage difficile dans le lait ;

    • très élevé (25 000 à 200 000 daltons) : passage quasiment nulle.

  • Les médicaments pénètrent dans le lait essentiellement par diffusion passive suivant un gradient de concentration, expliquant que L/P dépasse rarement 1. Toutefois, certains d’entre eux (par exemple iode, cimétidine) subissent un transport actif et sont concentrés dans le lait.

  • L’existence de métabolites actifs produits par la métabolisation hépatique et peuvent aussi

… D'où le fait que l'on aime bien quand cela a été testé en laboratoire... et que fort peu de médecines alternatives sont recommandées lors de la lactation.

François Kaeffer

Découvrez La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utilisez l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre boutique en ligne.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance
MAJ Novembre 2021

Poulain en train de têter. Techniques d'élevage (R) Tous droits réservés

Poulain en train de têter. Techniques d'élevage (R) Tous droits réservés