MIRG ET RISQI : sigles à la rescousse du SME insulinorésistance et cushing !

Publié le par François Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Le terme SME (Syndrome métabolique équin) est un terme, actuellement, un peu fourre-tout. où nous avons un hyperinsulinisme (augmentation d'insuline dans le sang). Sur un cheval âgé, entre le SME, l'insulinorésistance et le Cushing, il n'est pas aisé de faire la distinction car tous auront un hyperinsulinisme avec une glycémie augmentée

Alors, afin de pouvoir faire la différence entre les multiples raisons d'un trouble métabolique, de nouveaux chiffres du l'analyse de sang commencent à apparaître à tort ou à raison.

Le bord de l'hyperventilation guettant, concupiscemment, le biochimiste en herbe, nous allons les comprendre et essayer de voir les avantages et les biais... car, hélas, il y en a toujours.

Deux paramètres chiffrés avec :

Le « RISQI »  (reciprocal of the square root of insulin) : ce chiffre correspond à un calcul du 1/ √(insuline) . Un chiffre inférieur à 0,32 est considéré comme anormal et inférieur à 0,2, nous parlons d'une résistance à l'insuline sévère... Ce chiffre est intéressant car : 

Il ne prend en compte que le taux d'insuline sans prendre en compte le taux de glucose. Il est donc à comparer au ratio G/I (glucose sur insuline), au taux de glucose et au MIRG avant d'être interprété. 

Les conditions de la prise de sang sont importantes puisqu'il doit être « à jeun » pour que le résultat puisse être reproductible. Ou en tout cas dans les conditions prévues par le protocole de recherche. Les guillemets s'expliquent du fait de la difficulté de ne pas faire manger un cheval sur de longues heures, il n'est pas fait pour ça mais il ne doit pas avoir pris un repas complet avant de se faire prélever.

Le « MIRG » (modified insulin-to-glucose ratio ) : celui-ci correspond à l'équation MIRG = [800 – 0.30 × (insuline -50)²]/(glucose – 30) et elle est utilisée pour estimer la capacité de réponse des cellules bêta du pancréas. Un MIRG augmenté orienterait vers un SME mais un faible oriente vers un diabète insulino-résistant.

Le MIRG est intéressant puisqu'il met en rapport le glucose et l'insuline et qu'il permet d'estimer l'activité pancréatique d'après les études de recherche.

Ses indicateurs ont des avantages indéniables mais ils ne n'envisagent que 2 grands cas : le SME et l'insulino-résistance.

Or quid de la maladie de Cushing où nous entraîne aussi un hyperinsulinisme à explorer par une stimulation de la libération de glucose dans le sang (pour faire court). Nous allons avoir notre hyperglycémie, notre hyperinsulinénisme et ,dans un premier temps, un RISQI faible (puisque l'insuline augmente) et un MIRG augmenté... Autrement dit, un SME ?

La distinction se fera sur une analyse plus poussée par l'élimination de la maladie de Cushing (avec le dosage du cortisol et de l'ACTH) et la symptomatologie même si cette dernière est moins objective.

François Kaeffer

Découvrez La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utilisez l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre boutique en ligne.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance
MAJ Août 2021

Poney atteint de cushing. Techniques d'élevage (R). Tous droits réservés

Poney atteint de cushing. Techniques d'élevage (R). Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :