Un produit pour booster mon poulain Nouveau-né ?

Publié le par Catherine Kaeffer. Editions Alpha et Omega

En cette période de naissances, il peut être tentant d’utiliser un produit pour « booster » le poulain nouveau-né et lui assurer un bon départ dans la vie.

 Il existe trois types de produits sur le marché avec évidemment des foules de produits intermédiaires.

Les produits à base de colostrum

Ils contiennent des immunoglobulines qui permettent si l’apport de colostrum n’est pas suffisant en quantité ou en qualité de compenser ce déficit. Il s’agit donc bien d’une situation particulière, potentiellement pathologique car le poulain insuffisamment protégé peut attraper la première maladie venue. Certains sont constitués de colostrum de jument. D’autres sont à base de colostrum bovins. Ils peuvent être associés à des minéraux et à des vitamines ou pas.

Clairement, en cas d’insuffisance de colostrum, il est important de demander un avis vétérinaire qui pourra estimer le déficit de la protection du poulain et prendre les mesures adaptées.

Les produits pour « booster la flore »

En fait, le poulain à la naissance n’a pas de flore. Donc sur un poulain nouveau-né, si on apporte un probiotique comme une levure, on apporte un microorganisme étranger, qui naturellement ne s’y trouverait pas et qui arrive dans un tube digestif stérile et immature. Nous sommes donc dans un cas totalement différent de celui qu’on aurait chez un adulte où on a une flore existante et où on apporte un microorganisme qui arrive dans un écosystème digestif déjà fait qu’il soit en équilibre ou pas.

Si on apporte un prébiotique, donc un produit dont le but est de stimuler la croissance bactérienne, je suis encore plus dubitative puisque justement à ce stade, les bactéries, il n’y en a pas…

Les produits vitamines – minéraux

Ce sont les produits finalement les plus fréquents. On se dit que si on apporte un « cocktail » de vitamines et de minéraux dont pour chacun on a un petit argumentaire pour dire pourquoi il est bon, forcément le poulain va se porter mieux.

Les minéraux pour un tout jeune poulain proviennent de 2 sources : le lait et ses réserves corporelles notamment hépatiques qui vont être utilisées jusqu’au moment où l’alimentation sera suffisamment diversifiée pour prendre le relais.

Penser qu’il faut apporter un « boost », c’est donc considérer que soit le lait de la mère sera insuffisant pour certains minéraux, soit que, pour les autres, les réserves corporelles du poulain seront insuffisantes pour lui permettre de faire la jonction.

Le lait insuffisant

Pourquoi la mère n’apporterait pas ce qu’il faut au poulain pour les minéraux et les vitamines qui lui échoient ?

Évidemment, on a tous les cas où l’allaitement se passe mal : mère malade ou qui rejette le poulain, production de lait insuffisante. Mais dans ce cas, le problème est l’alimentation du poulain en général et non un apport spécifique minéraux – vitamines.

Ou alors la mère n’a pas ce qu’il lui faut pour produire un lait de qualité. Dans ce cas, l’alimentation de la jument allaitante est à revoir. (Voir : Carences de la jument allaitante : qui paie l’addition ? partie 1 et partie 2). Et ce n’est pas la dose unique généralement préconisée pour ce type de produit qui permettra de compenser des mois de manque pour le poulain d’autant la mère qui ne reçoit pas ce qu’il faut va tirer sur ses propres réserves pendant 6 mois au détriment de sa santé… tant qu’elle en aura.  

Les réserves du poulain insuffisantes

Lorsque le poulain naît, quelques minutes avant, c'est le sang de la mère qui l'alimente. Donc si la mère est correctement complémentée, elle a apporté tout ce qu'il faut au poulain et lui a donné des réserves hépatiques et osseuses correctes. En outre, dans ce cas, elle lui donne un colostrum puis un lait de bonne composition chimique. Un apport massif de minéraux et de vitamines à ce stade est sans intérêt.

On en arrive donc au cas où effectivement le poulain n’a pas les réserves suffisantes pour démarrer son développement. Si on met à part la mise-bas prématurée ou le poulain faible suite à un problème pathologique, force est de constater que le poulain a mis en réserve ce qu’on lui aura fourni. Donc si le poulain n’a pas les réserves suffisantes, c’est que in utero, la mère n’a pas pu le fournir le nécessaire parce qu’elle n’en disposait pas. Si elle n’en disposait pas c’est que son alimentation à elle était déficiente en certains éléments.

Le choix d'un produit pour booster le poulain doit donc être précédé d'une analyse de l'alimentation de la mère pour savoir ce qui aurait pu éventuellement manquer. Le produit est donc dans ce cas, une façon de corriger pour le poulain (mais pas pour la mère), le problème. C'est donc une mesure corrective qui doit être exceptionnelle et qui doit amener à revoir l'ensemble de l'alimentation des poulinières l'année suivante.

Donc si vous sentez la nécessité de donner un booster à votre poulain, ou mieux si dans un élevage, le fait de donner systématiquement un booster améliore la vitalité des poulains, il conviendra de se demander si l’alimentation des gestantes et des allaitantes est correcte…

Parce que le booster, il vous remontera peut-être la vitalité du poulain mais il interviendra en « one shot » comme on dit, et surtout il ne fera rien pour sauvegarder la santé de la maman.

Catherine Kaeffer

Découvrez le poster Les minéraux chez les équidés réalisé par TE : métabolisme, excès, carences…
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Jument et son poulain. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Jument et son poulain. Techniques d'élevage. Tous droits réservés