Les hics du changement alimentaire

Publié le par François Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Rien de plus difficile que de déterminer l’efficacité d’un changement alimentaire lorsque cela ne marche pas comme prévu.

En effet, faire maigrir en limitant les apports d’énergie est la solution basique /facile mais la question se doit d’être plus précis : de sucres ou de lipides ?

Obésité, Cushing, insulino-résistance, SME, PSSM, le cheval est, finalement, et ce d’un point de vue métabolique, très simple : la gestion des sucres est indispensable en cas de trouble métabolique. L’apport en lipides étant faible dans son alimentation, cela laisse une certaine latitude.

Mais ce n’est pas le cas de toutes les espèces animales.

La plupart des animaux, lors d’une obésité, nous limitons l’apport de graisse… Et parfois, ce n’est pas suffisant. Pourquoi ? Grande question et une prise de sang peut aider à y répondre.

LDL, HDL et cholestérol sont les trois paramètres mais deux sont à regarder pour comparer sur le temps pour constater les changements dans les flux lipidiques.

Les LDL sont les structures moléculaires qui permettent le transport des lipides de l’intestin vers les autres organes et les HDL sont celles qui permettent le transport des lipides des adipocytes vers le foie pour être éliminés.

Les HDL diminués signifient que le catabolisme des lipides est ralenti pour une raison ou une autre. Souvent, il est considéré que cela signifie une surabondance alimentaire de sucres et de lipides et donc il n’y a pas de nécessité pour l’organisme d’utiliser les graisses stockées. Cette vision est relativement minimaliste.

Il peut arriver que, malgré une alimentation allégée et donc des LDL diminués, les HDL ne bougent pas et restent en-dessous de la normale comme si l’alimentation n’avait pas changée… Comme les LDL sont diminués, cela montre bien que les apports ont changés. Cependant, cette absence de réaction des HDL montre qu’il existe un ou plusieurs autre(s) problème(s) qui bloque(nt) le changement :

  • Une surproduction de cortisol par les surrénales (un stress chronique, syndrome de Cushing ou trouble de l’axe corticotrope).
     
  • Une surproduction d’insuline par le pancréas (prédiabète, diabète de type 2 ou un syndrome métabolique)

Il existe d’autres raisons à ces modifications, seule une recherche dans l’historique du patient peut aider à déterminer un déclencheur.

François Kaeffer

Découvrez La prise de sang, un outil dans l'alimentation de votre cheval réalisé par TE.
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Echantillons de sang. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Echantillons de sang. Techniques d'élevage. Tous droits réservés