Dois-je complémenter mon cheval en vitamine B12 ? Le Cobalt

Publié le par François Kaeffer. Editions Alpha et Omega

Nous avons déjà écrit un article sur le vitamine B12 en tant que telle.

Pour en finir avec cette vision double laquelle incite à une désynchronisation oculaire bien peu esthétique, nous allons voir l’absorption du cobalt.

Si le besoin en vitamine B12 n’est pas complétée par un apport direct alors il reste le cobalt.

Son absorption ne répond pas aux mêmes règles car il est beaucoup plus sujet aux variations dues aux éléments de la ration. Pour le cas du cheval, nous avons surtout l’interaction entre le fer et le cobalt. Cette interaction est mineure et s’effectue surtout dans les cellules de l’intestin puisqu’elle n’empêche pas l’absorption mais la distribution via le sang dans l’organisme.

Ce sont les bactéries intestinales qui aident à l’absorption à l’aide de la production de complexes qui facilitent le passage dans les cellules. Pour précision, cela ne doit pas être le but principal des bactéries mais cela fait partie des éléments pratiques pour le cheval…

De même que pour la vitamine B12, les études d’absorption intestinale du cobalt montrent que l’absorption est saturable, nous ne pouvons franchir une certaine limite.

Cependant, un apport trop important de cobalt engendre des troubles du muscle cardiaque donc un apport massif en cure est à éviter.

François Kaeffer

Découvrez le poster Les minéraux chez les équidés réalisé par TE : métabolisme, excès, carences…
Pour commander une de nos publications, utilisez l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre boutique en ligne.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval à la porte de son box. Techniques d'élevage (R) tous droits réservés

Cheval à la porte de son box. Techniques d'élevage (R) tous droits réservés